Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 15 juillet 2007

Mon regard sur l ‘art


Algerie Site

0012blog.jpg

Mon regard sur l ‘artL’art n ‘a pas de sens,

 pas de points cardinaux,

L’artiste perd la notion du confort pour créer,

 le vide est l ‘agent nécessaire de l ‘art et de l ‘artiste.

Dans son destin, le peintre lui,

est tout entier créé par le pays qui l ‘a déposé à terre .

De telles conditions le différencient des autres .

Il y a toujours eu une tension entre “ ambition ” et “ retrait total de soi  ”

pour aborder le centre de mon énergie

 pour capter la lumière qui m aiderait à jeter les premiers signes d’une œuvre sur la toile

Ma biographie c’est l ‘histoire d’ un pays,

l ‘Algérie coloniale qui m ‘a vu naître

où j ‘ai grandi , qui m ‘a fait vivre un conte de fées

et l ‘Algérie indépendante qui m ‘a déconstruite et

 au fil du temps édifié en moi cette force grandissante ,

réparatrice et enfin bienfaisante qui me nourrit

d’ un nouveau sens de l ‘ histoire, et de vie dans l ‘Art.

Les échappées au village nègre,les rues qui descendent au vieil Oran ,

 le quartier de Tigditt à Mostaganem,

sont les éléments incontournables de ma culture en Algérie ,

 les images précieuses qui sont scellées

 dans ma mémoire et me tiennent lieu d’ initiation.

Cette aventure c’est le matériau enflammé de mon œuvre naissante

même s’il y eu trente années passées à travailler ;

je les considère comme des balbutiements .

Ma grande révélation , qui n ‘aurait pas du en être une,

 c’est la découverte de la jeune peinture algérienne

 quand elle est dépouillée des classicismes de l ‘art musulman traditionnel.

Elle jaillit de ces jeunes peintres maghrébins,

c’est une fraternité qui me lie à eux ,qui me rend à moi-même.

Que reste-t -il alors de ma culture classique dans mes travaux d’aujourd ‘ hui ?

Un regard reconnaissant qui se dilue dans le lointain, cela sans ambiguïté.

Read Full Post »

Mon regard sur l ‘art


L’art n ‘a pas de sens, pas de points cardinaux,
L’artiste perd la notion du confort pour créer, le vide est l ‘agent nécessaire de l ‘art et
de l ‘artiste. Dans son destin même,le peintre lui, est tout entier créé par le pays qui l ‘a déposé à terre .De telles conditions le différencient des autres .
Il y a toujours eu une tension entre  » ambition  » et  » retrait total de soi  » pour aborder le centre de mon énergie pour capter la lumière qui m aiderait à jeter les premiers signes d’une œuvre sur la toile
Ma biographie c’est l ‘histoire d’ un pays,l ‘Algérie coloniale qui m ‘a vu naître où j ‘ai grandi , qui m ‘a fait vivre un conte de fées et l ‘Algérie indépendante qui m ‘a déconstruite et au fil du temps édifié en moi cette force grandissante , réparatrice et enfin bienfaisante qui me nourrit
d’ un nouveau sens de l ‘ histoire, et de vie dans l ‘Art.
Les échappées au village nègre,les rues qui descendent au vieil Oran , le quartier de Tigditt à Mostaganem,sont les éléments incontournables de ma culture en Algérie , les images précieuses qui sont scellées dans ma mémoire et me tiennent lieu d’ initiation. Cette aventure c’est le matériau enflammé de mon œuvre naissante même s’il y eu trente années passées à travailler ;je les considère comme des balbutiements .
Ma grande révélation , qui n ‘aurait pas du en être une, c’est la découverte de la jeune peinture algérienne quand elle est dépouillée des classicismes de
l ‘art musulman traditionnel.
Elle jaillit de ces jeunes peintres maghrébins,
c’est une fraternité qui me lie à eux ,qui me rend à moi-même.
Que reste-t -il alors de ma culture classique dans mes travaux d’aujourd ‘ hui ? Un regard reconnaissant qui se dilue dans le lointain, cela sans ambiguïté.

Read Full Post »