Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for décembre 2007

Buren…obscénité…



border= »0″ alt= »Hit Counter »>

palais-royal.jpg

Daniel Buren menace de faire démolir ses colonnes – 20Minutes.fr, information en continu.

Ce n ‘était pas suffisant d’ humilier

le palais royal ,

il faut qu ‘ il en rajoute !!

Le montant global des travaux est estimé

à 14 millions d’euros pour l’ensemble du Palais Royal,

dont environ 3,2 millions

pour la cour d’honneur

où sont les colonnes de Buren.

 3,2 millions de mots et

pas un de moins pour signifier

 une telle obscenité de dépense ,

tout porte à croire que

Daniel Buren , soit a perdu le sens de la dignité ,

soit n ‘a pas plus de portée au coeur

que ses petites colonnes .

Il faudra explique ça aux sans -abris .

 

Read Full Post »



border= »0″ alt= »Hit Counter »>

Ce n ‘était pas suffisant d’ humilier le palais royal ,

il faut qu ‘ il en rajoute !!
Le montant global des travaux est estimé
à 14 millions d’euros pour l’ensemble du Palais Royal,
dont environ 3,2 millions
pour la cour d’honneur où sont les colonnes de Buren.
3,2 millions de mots et
pas un de moins pour signifier une telle obscenité
de dépense , tout porte à croire que
Daniel Buren , soit a perdu le sens de la dignité ,
soit n ‘a pas plus de portée au coeur
que ses petites colonnes .
Il faudra explique ça aux sans -abris .

Read Full Post »

Noel Kabyle



 

stats counter


 
oran_1-28.jpg

http://www.kabyles.net/-A-lire-.html

Pour ce jour de Noël ,

 dans cette période chahutée où chacun

 se cherche un raison la plus humanitaire d’exister ,

où les religions exercent leurs talents

pour être au top de la magnifique pertinence

d’ un hit-pareade planétaire moi, du fond

j ‘ai trouvé ce qu’écrivait Izarar Bélaïd,

plus connu sous le nom de Bélaïd At-Ali

de son lit d’ hôpital à  Oran, 

après une vie de tribulations,

un kabyle « sans grade », sans renommée tapageuse,

un de ces hommes qui compte

sans l ‘avoir jamais même soupçonné.

« Merci pour les deux derniers numéros de Témoignage Chrétien

attendus avec impatience 

: j’ai fini par m’y habituer.

Ce qu’on y lit est

toujours plein d’une certaine bonté,

d’une charité qui fait du bien.

Chrétien ou non,

 on aime entendre dire des choses douces,

indulgentes, compréhensives…

 surtout quand on en sent le besoin. »

Il lit aussi l’Évangile selon saint Luc et les Actes des Apôtres,

« j’ai presque peur d’y trouver

 une certaine justification

 de ma pauvre vie égoïste.. » 

Read Full Post »


http://www.wikio.fr/blogs

Pour ce jour de Noël ,

dans cette période chahutée

où chacun se cherche un raison

la plus humanitaire d’exister ,

où les religions exercent leurs talents

pour être au top de la magnifique pertinence

d’ un hit-pareade planétaire moi,

j ‘ai trouvé ce qu’écrivait Izarar Bélaïd,

plus connu sous le nom de Bélaïd At-Ali

du fond de son lit d’ hôpital à Oran

,après une vie de tribulations :

un kabyle « sans grade »,

sans renommée tapageuse,

un de ces hommes qui compte

sans l ‘avoir jamais même soupçonné.
« Merci pour les deux derniers numéros

de Témoignage Chrétien attendus avec impatience

: j’ai fini par m’y habituer.

Ce qu’on y lit est toujours plein d’une certaine bonté,

d’une charité qui fait du bien. Chrétien ou non, on aime entendre dire des choses douces, indulgentes, compréhensives…

surtout quand on en sent le besoin. »
Il lit aussi l’Évangile selon saint Luc et les Actes des Apôtres,
« j’ai presque peur d’y trouver une

certaine justification de ma pauvre vie égoïste.. »

Read Full Post »


http://www.wikio.fr/blogs


La vie du peintre est tissée
d’enseignements parfois brusques et lents aussi.
Chaque battement de son cœur est une interrogation ;
Chaque coup de pinceau est une partie charnelle
qui se pose sur sa toile.
L’œuvre d’art a vibré de toute son intensité
lorsqu ‘elle a pris forme sous les doigts de
l ‘artiste, dans un travail de gestation.
Elle nait mais, elle est substance fragile ;
Qui peut nommer les étapes, les murs franchis ,
les caps d’initiation avant de pouvoir la contempler, « née », ?
Elle mérite son intégration à l ‘Art quand
l ‘artiste perdant le sens de la maitrise ,
gagne la magie de la liberté .
Petit à petit il acquiert la connaissance du savoir non appris .
Quand l ‘artiste « part », la toile reste ,
mais quel est la nature de ce reste ?
Le doigt de l ‘artiste a été la matrice et
le vecteur du magique moment de la création
Cet instant même ne lui transmet pas l ‘éternité,
elle fut un souffle,une vision .
comme est en cette soirée de Noël, la transmission
De la une naissance d’ une homme unique .
Pourquoi une œuvre serait elle immortelle ?
Par procuration ? Par autorité ?
ces pigments, cette poussière qui a été à la pointe
se dévitalise et reste
un assemblage de particules, de pigments ,
enveloppe , coquille, dépouille
d’un instant de travail et d’ abandon.
Une apparence exposée comme
fut exposée la momie égyptienne.
Sa mort est instantanée ; elle a une nouvelle existence ;
L’art va aller vivre plus loin ressurgir
sous l ‘impulsion d’un autre artiste .
Le tableau ne peut dorénavant parler
qu ‘ aux connaisseurs et aux enfants .
au pire il sera uni aux marchands
de soupe des grandes foires internationales
ou aux vendeurs à la criée des faiseurs
de fric des prestigieuses salles
de commissaires -priseurs.
Pourquoi une œuvre serait elle immortelle ?
Par procuration ? Par autorité ?
©luce caggini

Read Full Post »



border= »0″ alt= »Hit Counter »>

stats counter

ange-animation-bien-faite.gif

  example counter

La vie du peintre est tissée

 d’enseignements parfois brusques et lents aussi.

Chaque battement de son cœur est une interrogation ;

 Chaque coup de pinceau est une partie charnelle

qui se pose sur sa toile.

L’œuvre d’art a vibré de toute son intensité

lorsqu ‘elle a pris forme sous les doigts de

l ‘artiste, dans un travail de gestation.

Il y a  naissance ,mais, elle est substance fragile ;

Qui peut nommer les étapes, les murs franchis ,

les caps d’initiation avant de pouvoir la contempler, «  née  », ?

Elle mérite  son  integration à l’Art 

 quand ,

l ‘artiste perdant le sens de la maitrise ,

gagne la magie de la liberté .

Petit à petit il acquiert la connaissance du savoir non appris .

Quand l ‘artiste « part  », la toile reste ,

mais quel est la nature de ce reste ?

Le doigt de l ‘artiste a été la matrice et

le vecteur du magique moment de la création

Cet instant même ne lui transmet pas l ‘éternité,

elle fut un souffle,une vision .

comme est en cette soirée de Noël, la transmission

De la une naissance d’ une homme unique .

Pourquoi une œuvre serait elle immortelle ?

Par procuration ? Par autorité ?

ces pigments, cette poussière qui a été à la pointe

se dévitalise et reste

un assemblage de particules, de pigments ,

enveloppe , coquille, dépouille

 d’un instant de travail et d’ abandon.

Une apparence exposée comme

 fut exposée la momie égyptienne.

Sa mort est instantanée ; elle a une nouvelle existence ;

L’art va aller vivre plus loin ressurgir

 sous l ‘impulsion d’un autre artiste .

Le tableau ne peut dorénavant parler

qu ‘ aux connaisseurs et aux enfants .

au pire il sera uni aux marchands

de soupe des grandes foires internationales

ou aux vendeurs à la criée des faiseurs

de fric des prestigieuses salles

de commissaires -priseurs.

 Pourquoi une œuvre serait elle immortelle ?

Par procuration ? Par autorité ?

©luce caggini


 

Read Full Post »


sda-4.jpg

Bristol-Myers Squibb et Gilead Sciences.

Deux laboratoires Californiens viennent

de proposer un seul comprimé par jour

à tous ceux atteint de sida:

première tri-thérapie en un comprimé

 à prendre une fois par jour.

ça, on accepte ,  mais,

On la boucle sur le petit,

le tout petit écran français.

Ou  sont donc  passés les boucliers habituels

 du petit monde de la gauche française

 anti-américaine qui a plaisir à s’étaler

, agitant leur crête de philosophes

 faisant commerce de leur conscience humanitaire,

col ouvert , cheveux au vent!!!

Parade du petit parent pauvre de la véritable philosophie

du monde vivant, pensant ,souffrant ,

de la vie en direct ,du fond d’ un lit d’ hôpital.

Allez, soyons définitivement avec ceux qui passeront Noël

avec ce comprimé unique;

et laissonsnos courageux verbeux gaucho- défenseurs

s’enliser dans leur prétentions aux petits pieds.


 


 


 


 


 


 


 


 


 

Read Full Post »

Older Posts »