Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for août 2008


Read Full Post »

Art universel


Culture & Politique arabes: Algérie

Alors que la calligraphie arabe est renouvelée par la typographie contemporaine avec toutes les ressources du graphisme contemporain assisté par ordinateur, elle accomplit également depuis la seconde moitié du XXe siècle une autre révolution, mais sous la main des artistes plasticiens.

Dans un livre (en arabe) déjà ancien mais qui continue à faire autorité, le poète et critique Charbel Dagher fut un des premiers à proposer une véritable lecture de ce courant esthétique nommé en arabe al-hurûfiyya (الحروفية traduit par « lettrisme »). Il est aussi un des premiers à avoir relevé l’étrange coïncidence qui fit naître ce mouvement en Irak au moment même où une génération de jeunes poètes (Badr Shaker al-Sayyâb, Nâzik al-Malâ’ika) rompaient définitivement avec des siècles de prosodie traditionnelle pour ouvrir la poésie arabe à de nouveaux horizons.

Dans l’un et l’autre cas, on retrouve à l’évidence une même impatience vis-à-vis des formes artistiques anciennes. Et tout aussi fortement, dans un monde arabe qui croit alors en son destin, le désir d’affirmer la présence d’un art à la fois « authentiquement arabe et moderne ».

Rachid Koraïchi, peintre, plasticien, calligraphe, semaine des communautés, Algérie, Aubenas TV ARDECHE
KORAICHI Rachid KORAICHI Rachid Algérie Art visuel

Bien entendu, on trouve à leur côté l’Algérien Rachid Koraïchi assez bien connu en France grâce à ses illustrations pour de très nombreux ouvrages, travail qui s’inscrit pleinement dans la lignée du lettrisme. Depuis ses débuts, celui-ci est en effet intimement associé à une démarche autour des grands textes de la littérature arabe, classique et actuelle, religieuse et profane.

Souad Massi

Il me plait d’entendre pendant que je travaille moi même ,la belle voix de Souad MASSI
(Mesk Elil ) ( chèvrefeuille )que Je réécoute sans cesse kilyoum ( bientôt)

Read Full Post »


Le poète Mahmoud Darwich inhumé ce mercredi, Culture – NouvelObs.com

Arts – Spectacles, La disparition de Mahmoud Darwich, L’exil au coeur

Il détestait qu’on dise de lui :

 

 

 

 

«poète de la résistance».
Un de ses premiers textes dit :
 
 
 
 
 
 

 

«Celui qui m’a changé en exilé m’a changé en bombe.
Je sais que je vais mourir, je sais que je livre une bataille perdue au présent, car elle est d’avenir.
Et je sais que la Palestine – sur la carte – est loin. .
Et c’est pourquoi je porte la Palestine sur vos boulevards, dans vos maisons, dans votre chambre à coucher.»

 

 

 

 

«J’habite dans une valise.»
«Inscris : je suis arabe.»
 
 
 
 
 
 
 

 

On peut concevoir la convoitise d’ un exil si fécond , d’ une valise légère mais ailée,dense, chargée de tout ce que nous sommes tous, quelques fois sans le savoir,ignorants que nous sommes des vertus de notre vie et des énergies que nous valent le pays vu de loin , alors que n’importe quel point sur la planète est accessible, et que le rêve en a construit son image plus réelle que la vérité .

<>
< href= » « »>Lien /a>
< /BlogItemURL >
 
 
 
 
 
 

 

Read Full Post »


La Boussole 74

« 

Read Full Post »