Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juin 2011


«Je me suis montré »-Paques – Pessah Chémote (L’Exode) 6, 2 – 9, 35

25 Avril 2011 Par <a title= »

""
Luce Caggini
Réalisatrice d´Art-création d´espaces -synagogue etc..
Inscrit(e) depuis Jun. 2010

 » href= »http://blogs.mediapart.fr/blog/luce-caggini »>Luce Caggini

Mozart -Menuet -Karajan conductor

«Jeme suis montré »-Paques– Pessah

Chémote(L’Exode) 6, 2 – 9, 35

 Amener  le sujet sur la double identité est une remarquable union de deux  œuvres .

L’une est humaine, l’autre est générée par la lumière noire du  sorcier

Être    une jardinière impatiente est une parfaite romantique façon de  passer de

l‘ ombre à la lumière sans prendre le temps de perdre la vie en  chemin .

les    mêmes images prises par une caméra auront -elles la même puissance   d’ évocation que celles qui sont restées en mémoire ?

Non,la lumière des sens utilise plus d’ un asa numérique .

Les  Adams et les Èves sont justifiés versus les nom de famille , les  nus et le morts , les mâles et les femelles , les roués et lescassés

.Les uns et les autres   sont  tous rondement imaginés par le poète malicieux, qu ‘ordonne un   désir de rouler pour la même lumineuse Route de la Soie .

« DansGoethe , par exemple , c’est le surplus qui est devenucréateur »(F.Nietzsche )

Read Full Post »


Une Pentecôte sans vademecum

13 Juin 2011 Par <a title="

""
Luce Caggini
Réalisatrice d´Art-création d´espaces -synagogue etc..
Inscrit(e) depuis Jun. 2010

 » href= »http://blogs.mediapart.fr/blog/luce-caggini »>Luce Caggini

un artiste ?© Luce Caggini

 

Annunziata

Annunziata © Antonello da Massina

Entité artiste ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ni nécessairement martyr ni nécessairement

révolutionnaire ,

Un artiste peut être un témoin de sa destinée,

et ce n ‘est pas si mal de

prendre une distance avec soi même ,

se déconnecter pour un temps , un  seul!  de son petit –moi,

pour aller creuser jusqu ‘au soi décentré

au cœur du questionnement de toutes ses langues

avec l ‘ un et son contraire

©Luce Caggini

Read Full Post »


 

 

 

Un dimanche après-midi , après avoir balayé

le douceâtre et insipide Druker,

un coup de poing dans le ventre

un moment de magie, une larme bienfaisante,

avec le Mahler Chamber Orchestra

dirigé par Daniel Harding, dans la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak.

Ce jeune homme ,cet ange musicien

dirige à mains nues,

et nous restons scotchés à l ‘écran.

Comme un être de lumière ,

il accompagne le son jusqu ‘ au ciel,

lui même , en suspens.

C’est bien dans «  un nouveau monde  »

que j ‘arrivai,un monde où tous ceux

que j ‘ai aimés et qui ne sont plus là, m ‘ ont accueillie.

Tant qu’ il y aura de vrais musiciens ,

de vrais compositeurs

et non des tapeurs de machine à écrire,

il y aura des vibrations d’ amour .

 

Read Full Post »


Répandre   le mot de dormition .

Artifice,rédemption du mot funeste dans une évidente menace des animaux de

l’ humaine condition .

 

Parler de dormition est une parole pleine de grâces pour parler de mortet de cimetière

Parler de dormition est un philtre , sans le dire ,on est en vie et en mort

Parler de dormition est perdre le sens de la maladie , des vertus de laréalité et ,

miraculeusement être manipulée par le vertige du néant dans un pan d’espérance

de la résurrection permettant de ne jamais mourir pour de vrai .

La fantaisie de l’expression « dormition »est dans cetableau

de la « maternité de la vierge Marie » que j ‘aifait dans une perte de conscience .

Read Full Post »