Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘CAMPAGNES ET CAMPAGNARDS’ Category


Certainement pas l’artiste que je suis

qui refuse de cautionner un Sarkozy gonflé de diktats ,
un calme recomposé pour la circonstance,
un marchand de pistaches déplacé sur un plateau de tv,
-« tenez vous bien ,Monsieur Poivre d’Arvor »,les bras dirigés en flèches vers l’autre !
Son petit numéro de pantin sérieux me fâche.
Prendre les électeurs et les autres pour des noix est toxique.
Il est toxique.
A des années lumières en face,
le sang qu monte au cœur,
celle dont on peut attendre assistance , image limpide .

Read Full Post »


Read Full Post »


Read Full Post »


cette photo vient du site:http://www.mitidjaweb.com/algeriedetoujours.htm

Ce chapitre du perdant de la  » Présidence Bayrou  » est le parti de Sarkozy qui est le yang des partis du monde de la politique française.

 » Délivrée de mes rites, bouleversée ,reconduite, remodelée par le signe transparent le plus puissant qui me parvenir jusque sur la terre,  » l ‘Amitié du Ciel « .
Quand j ‘écrivais cela, il y a quelques années, je venais de traverser une épreuve terrible. Une de plus ; à les comparer, la première me parut moins affreuse, en effet il ne s’ agissait ni plus ni moins, pour un million de français dont je faisais partie, de quitter un pays en y laissant , non pas des plumes comme nous le servirait un apothicaire faisant ses comptes, mais des êtres chers versés nombreux dans charniers et aussi un dégrisement de la vie.Un Coluche en aurait peut être fait un ou deux bons mots.
Juste avant les restos du cœur.
Avec le temps, et l ‘apprentissage, on devient savant, on devient un rien, on devient immergé, avant de se retrouver pilotin cabotant, vents contraires.
Larguée, la nostalgie ? Trop bon de verser une larme sur une photo d’Oran ou de Mostaganem à fouiller
les moindres pixels pour renifler un parfum piqué sur la jeunesse des jeunes de la -bas.
tous mes parfums ont foutu le camp, et les morts ont décidé d’être organisés en partis de gauche et de droite.
Imaginer un voyage retour à la case départ :
Qui et où serai -je sur des photos prises à la Salamandre à coté de Mostaganem en 2007 ?
Une transplantée du souvenir, un greffon rejeté parce qu’il me faudrait avoir 15 ans à nouveau.
J ‘ai pourtant remarqué que toutes les cours de récréations ont les mêmes cris d’ enfants,les
avions des après midi n ‘ ont pas les mêmes sifflements que ceux du matin, et cela dans le Connecticut dans le Berry ou à Long Island. .
Faire vite, aller à la pêche aux images sacrées de la jeunesse pendant qu il est encore temps , parce que après,le dit Leo  » tout finit par s’ user « , exceptées les pierres tombales, mais celles là
n ‘auront plus d’ intérêt à la génération suivante ,sauf au père Lachaise ou les bonnes femmes et les touristes se croisent sans se voir, occupés qu ‘il sont à repérer le marbre de Piaf , Proust ou tartempion .les murs qui les séparent sont autant invisibles que costauds, aussi bien, aller dans une salle vide pour ne rencontrer personne .
Sauf que là, les murs qui nous séparent les uns des autres sont indécelables à première vue, sauf à posséder des antennes très particulières avec ces compagnons de la pierre menant le combat inutile du vide électoral.
Moi aussi j ‘ y suis allée au Père Lachaise, lors de mon premier voyage à Paris, j’avais quinze ans, une curiosité précoce m ‘avait poussé là.
 » Tamashouet de notre temps,  » était matière à placer dans la conversation le petit grain de philosophie qui disait mieux q’ un traité combien on était bien content d’ être sur terre .  » Tamashouet c’ était le cimetière
des Oranais, eux, si différents des algérois, vivaient leur cimetière en rigolant sous un soleil de plomb.
C’était leur façon de vérifier l ‘ union des opposés ; je suis à peu près sure que mes chers oranais, auraient été à 90%  » baba  » si on leur avait dit qu ils pratiquaient le grand principe du Tao.
Mon premier livre n ‘avait toujours pas été publié, mais je ne m ‘acharnai pas.
Je ne surfais plus sur les crêtes de mes passions,le « je  » s’éclipsait imperceptiblement et ma vision percevait deux aspects en un seul .
J ‘étais loin de ma terre de naissance, loin du Murjadjo, loin de mes passions algériennes. Enfin , je pouvais esquisser le sourire serein, celui qui n ‘accentue pas les rides !

Comme tout le monde, je regardais les visages des candidats qu ‘ on nous servait comme un brouet chaque soir.  » Sarko-Sego  » était devenue la resucée prescrite au quotidien par des média suffisantes et arrogantes de leur pouvoir. Grâce aux jeunes journalistes de la télé, archivées par leur coupe de cheveux plus que par leur culture, acquises sans le savoir à la pensée unique, le discours se décharnait. Et on n ‘avait pas tout vu.
Plantée comme chacun, à partir de vingt heures, devant mon poste, tentai entre deux irakiens ensanglantés , et deux avortements de paix en Israël, à résister à ce mouvement brownien, agitato d’ un coté, destructif de l ‘autre.
Je désertais le navire en perdition pour une chaloupe.
Quelque chose de vivant venait de m ‘ouvrir les yeux. Je venais de réaliser que ce comble de tumultes vers la présidentielles avec ces deux visages incompatibles, boursouflés d’envies, de mots hirsutes, de bouches qui mordent, de grimaces, le tout bien mixé dans un bocal rempli de vinaigre , envahissant, avec une sulfureuse odeur de milieu des années 30 menaient tout droit à l ‘extrême onction une population loin
d’ être idiote .
bien mixé dans un bocal ?
non, pas mixés, mais chacun s’inversant l ‘un, l’autre, créant ainsi cet incessant mouvement contenu dans le cercle, la roue qui les limite.
Bingo !ça gicle !la rigolade !
je venais de piger quelque chose d’essentiel ,ce  » s  » engerbé dans un cercle ;je ne me satisfaisais plus de
l ‘ œil nu du pèlerin ,  » sarko-sego  » c’etaient les anguilles qui pédalaient dans le rouet.
Un discours audible se faisait de plus en plus distinct, limpide.
Prenait son envol en France , la sphère de
l ‘ union des opposés dont François Bayrou était l ‘architecte qui montait , laissant les extrêmes en furie sur les bords de l ‘ oued asséché. Sarko-Royal « les politichiens »comme disait le général.
Thanks God ! C’ ‘est du passé, . Merci aux Lang and co ,de vider les lieux ,
Une trace fétide signalera leur transit..
Merci à la smala Chirac de déguerpir et repartir à Alger rejoindre le gnome despotique, Bouteflika .
Un état de grâce purifie ce monde politique nauséabond, aux sourires coagulés.
Apparaissait dans le paysage français, un homme de stature, qui venait poser les fondations d’ une France enfin réconciliée.
« La France, c’est tout à la fois, c’est tous les Français. C’est pas la gauche, la France ! C’est pas la droite, la France ! Naturellement, les Français comme de tout temps, ressentent en eux des courants. …Prétendre faire la France avec une fraction, c’est une erreur grave, et prétendre représenter la France au nom d’une fraction, cela c’est une erreur nationale impardonnable.
De Gaulle dixit.
Il y eut donc un de Gaulle intemporel près de ressusciter des enfers ou je l ‘ai déposé ! trop heureuse que cela nous parvienne d’ outre tombe.
L’agenda de François Bayrou était en marche pour la fonction suprême.
40 années n ‘effacent pas l ‘histoire, même si le général haineux a réglé leur compte aux défenseurs de cette Algérie provocatrice où les troufions de France et de Navarre ont tiré avec bonne conscience sur les Français que nous étions.
Qu ‘est-ce qui passait à travers le képi de de Gaulle ? Sous nos chéchias ; on avait tout compris de travers là-bas. Sous son béret, le Béarnais retrouve le discours du  » maître de la dignité « .apparaît dans le paysage français un homme serein, qui se propose de poser les fondations d’ une France réconciliée, d’ une France amie. Me revoilà suspendue au maître mots tant attendus. Me faire Oublier l ‘amalgame des mots qu ‘ on attendait en 1959 avec les mots que d ‘autres entendaient.
1959 de Gaulle :  » Naturellement, la question sera posée aux Algériens en tant qu’individus. Car, depuis que le monde est le monde, il n’y a jamais eu d’unité, ni, à plus forte raison, de souveraineté algérienne. Carthaginois, Romains, Vandales, Byzantins, Arabes syriens, Arabes de Cordoue, Turcs, Français, ont tour à tour pénétré le pays, sans qu’il y ait eu, à aucun moment, sous aucune forme, un État algérien  »
8 avril 1962 : nous sommes exclus du referendum qui nous concerne.

Read Full Post »


cf. Libération du 30 mars
Si la France a laissé penser au General de Gaulle
qu ‘ il en était le libérateur et
dans une logique approximative l ‘ incarnation,
il en est inconcevablement différent
pour le sieur Sarkosi,
qui arrive sans peine à nous faire rire,
tant sa prétention au siege suprême ,
ses mimes de pantin désarticulé
appartiennent davantage au monde du cirque
qu ‘à la scene politique .
Se pourrait -il que vous ayez seulement pensé à Mr Le Pen?

Read Full Post »

it


Read Full Post »



Je ne me suis jamais posé la question
de l‘ accès au pouvoir
d’une candidate à prix discount,
complètement affolée
par sa propre vision
de dragon aux commandes de la France .
Compassion pour les clowns enchainés
qui n ‘ ont pas d’ autre choix
que de prétendre siéger au premier rang
d une élection de miss France,
juste à coté de l’ incontournable chapeau.

Read Full Post »



chez Laurent Ruquier

on a bien compris que les deux zozos

derrière toi avaient mauvaise haleine


Le sourire d’ une femme élégante et

jolie a tout balayé.

Read Full Post »


Madame Ockrent
altesse sèche revêche pimbêche
interroge Mr Le Pen :
Je crois que vous avez mis 6 ans pour obtenir votre diplôme ?
moi, madame j ‘ai le certificat d’ études
Une autre voix sortie de basse-cour,
crane pelé et besicles sur la crête
:cot..cot..cot… l ‘éducation …cot..cot…cot
Au secours, vite des boules quies !

Read Full Post »


Read Full Post »


Read Full Post »


Quand Sarko secoue
le couscoussier qu ‘ il a sur la tête
Qu ‘est-ce qui tombe ?
Une pêche pour Le Pen,
Une poire pour Besancenot
En attendant, nous avec François, on en est a 20%

Read Full Post »


Click to Place a Web Call


La poule n ‘arrivait pas à évacuer son œuf

dans son sac de jute.
Quel malaise !

Intéressant ces 20% pour François ?
Ne trouvez-vous pas monsieur Santini ?
Alors pourquoi cette bille dépitée ?
Un petit vent me dit
qu »on se passe très bien de lui à UDF

Read Full Post »


Click to Place a Web Call

Read Full Post »


Read Full Post »