Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Jean Danie’


 « Notre  Camus »
Quand un pianiste ne sait pas danser tu l’entends, quand un éru­dit du  Nord parle de Camus depuis Notre Dame d’ Afrique, c’est nous qui ne l’entendons pas.
Merci à « Notre Camus » ,oui c’est une mainmise de haute origine sur celui venu de mon aire de naissance, uni à Mouloud Mammeri, Mouloud Freraoun avec qui rien ne sera jamais rompu.
Avec mo­destie et un petit signe amical pour Mihel Onffray,qui a fait le dé­placement jusqu’à Notre-Dame-d’Afrique, je me margi­nalise en petit comité pour m’adonner à un petit jeu de clins d ‘œil à celui qui « est  heureux sur une scène de théâtre »,.amusé de tant de sa­voirs organisés comme un management de sa pensée venue de l’autre rive;

J’imagine une momie qui se réveille d’un mauvais traitement d’embau­mement et qui analyserait le contenu de ses boyaux sous le soleil d’un jour d’ été à Tipasa !
Mettre mes omeyades en mode mineur .
Garder de Camus l’Homme du soleil, l’homme révolté sans avoir à justi­fier notre amour éperdu pour cette Algérie dont nous avons encore le sel sur nos corps nus, mouillés, émerveillés de nous mêmes, sans leur jeu­nesse, mais mariés amoureusement à la terre algérienne .
Comme le puceron qui organiserait un combat de titans contre une ar­mée d’amants de sa puce tant aimée,je dis à M.Onfray ami des amants et des puces,mieux vaut naître de rien que de paraitre rien !
un mariage  de charme entre un jeu de mots et un jeu de magmas de requins en chasse derrière un fauteuil .
Réalisez avec moi que rien ne va changer dans la majorité des hommes d’ ici trois mois . Mais pendant ce temps les rats et les souris du  monde politique réaniment la fable  du coq et des poules qui ne perdent jamais  leurs dents et meurent  généralement par parité et sans avoir jamais  connu l’amour.
Entre un jeu d’ oranais et d’ algérois venus au Nouvel Obs  entretenir  avec Camus, Jean Daniel et Michel Onfray, une conversation entre deux  vivants,un  mort et un  patch  de philosophe visant  un art  de nom­mer un chat et un rat sans souci de mener la montagne à la  montagne mais avec celui d’unir la vanité à la manie de vouloir tout démonter pièce  par pièce en ne tenant compte ni du mot  jeu  ni du mot mobile, variant entre deux étoiles, Oran et Alger , manipuler  les mots sans être né au pays de la mouna c’est à peu de choses près,imaginer un petit  âne dans un jardin à la française du dix-huitième  siècle ramenant son fellah  au village .muni de son bâton de  paysan regardant la mosquée de la Mecque en état d’ivresse.
Donc , cher Michel,  sois heureux de ne pas avoir eu le mégot d’Albert entre  tes lèvres,  tu aurais pu être pris pour un philosophe des classes terminales .

 

 

Publicités

Read Full Post »